Mon Article Invité pour Julia Mouftiez de Sens O Karé

Ce mois-ci, j’ai été invitée par Julia du Blog Sens Okare  pour partager à travers un article mon expertise en rapport avec l’équilibre des vies. Après une courte réflexion , j’ai décidé de vous partager  ma vision d’un temps serein un levier majeur de l’équilibre des vies, à travers de…

4 clés pour comprendre et apaiser sa relation au temps

Une étude menée par la prestigieuse université d’Harvard auprès de 2 250 personnes a montré que les personnes interrogées passent près de 47% de leur temps à penser à autre chose qu’à ce qu’elles sont en train de faire.

Cette étude conduite auprès de 2 250 personnes a montré que les personnes interrogées passent près de 47% de leur temps à penser à autres choses qu’à ce qu’elles sont en train de faire.

Autrement dit, la plupart d’entre nous passons près de la moitié de notre vie en mode pilotage automatique. Si ce fonctionnement présente des avantages certains pour l’organisation et la mise en action au quotidien, Il n’en demeure pas moins responsable de notre ressenti d’une accélération du temps.

Femmes 4 clés pour comprendre et apaiser sa relation au temps

 

La routine est certes intéressante et même hyper stimulante pour lutter contre une certaine forme de procrastination, ou pour mettre en place nos routines ménagères ou taches professionnelles. En revanche, les routines ont tendance à nous anesthésier. Elles nous coupent de notre pleine conscience à l’instar du brossage de dent que l’on fait parfois sans même y prêter attention. Cela a pour conséquence d’aggraver notre ressenti du temps qui s’accélère et augmenter notre stress.

Qui d’entre nous ne s’est jamais étonnés un jour en faisant un trajet habituel dans sa voiture d’avoir parcouru une bonne distance tout en étant absent à soi-même ? Je me revois personnellement devant un feu tricolore et je m’entends dire « Quoi je suis déjà ici, j’ai fait la moitié du chemin en étant ailleurs ?»

C’est le biais de la routine. Elle nous coupe de notre pleine conscience et nous éloigne par conséquent de notre quête de l’équilibre des vies que l’on poursuit ici et maintenant. On rêve toutes de vivre pleinement chaque parcelle de notre vie. Vivre pleinement un repas que l’on mitonne, ou encore être pleinement conscient d’un moment de jeu avec son enfant ou même l’écriture d’un mail professionnel.

Bien entendu d’autres facteurs tels que la multiplication des sollicitations et injonctions en tous genres, l’hyper connexion aux réseaux sociaux et bien d’autres aspects viennent accentuer cette pression du temps et la pression tout courte.

Dans cet article je souhaite vous partager 4 clés pour se libérer de cette épée de Damoclès que nous avons trop souvent au-dessus de la tête : la pression du temps et faire un pas de plus vers notre bien être

La première et la plus importante de mon point de vue est :

  1. Comprendre sa relation au temps 

C’est comprendre son fonctionnement cela suppose dons d’abord de savoir se poser, perdre du temps pour en gagner. Si vous êtes la tête dans le guidon sans jamais prendre le temps de vous arrêter sur vos monologues intérieurs alors il sera difficile d’améliorer les choses. Une introspection régulière s’impose pour sortir de la boite noire. Vous pouvez vous laisser guider par des questions telles que : Qu’est-ce que je me répète à longueur de journée dès que rien ne va ? Quel est mon système de valeur ? Quelle est ma carte du monde ?

  1. Se forger une expérience du temps

C’est observer comment je suis le matin ? Comment je suis après-midi, en début de soirée, etc. Combien de temps ai-je besoin pour faire telle ou telle chose. Puis aménager en conséquence son espace-temps.

  1. Savoir prioriser 

C’est bien distinguer l’important de l’urgent. C’est discerner l’utile du futile, etc. Qu’est ce qui a le plus de valeur pour moi ? Est-ce que cela me rapproche de mon objectif ? Mesurer les coûts et les bénéfices : Qu’est ce je perds si je ne fais pas ? Qu’est-ce que je gagne à le faire ? Est-ce que mon objectif est aligné sur mes envies et ce qui me fait vibrer ? En répondant à ces questionnements, vous vous autorisez une remise en question nouvelle, une prise de hauteur source de créativité et de prise de conscience. Vous êtes déjà mine de rien en action.

  1. La prise de décision

Elle suppose d’assumer les choix que l’on fait et aussi assumer ceux auxquels on renonce en conscience. Pour faciliter la prise de décision personnellement je garde en tête le fait que Si je ne prends pas la décision quelqu’un d’autre le ferra pour moi. Et je n’ai pas envie de vivre ma vie à l’aune des décisions des autres et encore moins par procuration. Il est aussi question de modérer les enjeux pour faire retomber la pression, s’autoriser le droit de faire des expériences et le droit d’apprendre de ses erreurs, rendant ainsi l’arbitrage un brin plus serein 😉

Oui mais voilà l’équilibre des vies est une équation délicate. Le Graal de l’équilibre n’est possible que si l’on s’accorde des moments de ressourcement. Il n’est possible que si on accepte notre imperfection. Il n’est possible que si on accepte que notre capacité d’attention soit limitée, que nos envies évoluent. Tout ça génère souvent des moments de tensions vis-à-vis de nous-même et des autres qu’il est sage juste d’accepter.

 

Qui suis-je ? Consultante certifiée en conduite du changement, résolution de problèmes et formatrice en gestion du temps, du stress et de Communication Non violente. J’aide les femmes cérébrales (mais pas que) souvent perfectionnistes qui aspirent à une vie plus douce, à se débarrasser du syndrome de la bonne élève ou encore celui de la mère parfaite pour tendre enfin vers un équilibre entre  vie professionnelle et vie personnelle.